Origine du Pastel

Plante herbacée de la famille des brassicacées ou crucifères, appelée aussi guède. Le pastel était jadis cultivé en Europe pour ses feuilles, dont on tirait un colorant bleu,  remplacé par l’indigo, puis par des produits de synthèse. Après teinture des étoffes dans les bains il demeurait une mousse colorée en surface dénommée «fleuré de pastels». Afin d’utiliser ces «déchets» est né l’idée de teindre de la craie naturelle blanche avec le fleuré de pastel ce qui donna naissance à des craies au bleus plus ou moins dégradés en fonction de la concentration du fleuré de pastel. Ainsi une plante aurai donné son nom à une technique.

 

Le pastel est constitué de poudre colorée solidifié à l’aide d’un liant, sous forme de bâton carré ou cylindrique.
En fonction de la nature et de pourcentage de liant (ou agglomérat) utilisé cela donnera naissance à des pastels de dureté variable : le pastel tendre, le pastel demi-dur, le pastel dur.
De nos jours subsiste le pastel tendre ou pastel sec, le demi-dur se présente sous forme de craie d’art (type carré Conté).

 

 

 

 

Le pastel dur a donné naissance au crayon pastel.
L’usage du pastel est très lié au support, à savoir : le papier ! De par sa nature poudreuse le pastel nécessite des supports qui accroche le pigment et les papiers chiffons peu encollés du XVI et XVIIème siècle vont répondre à cette exigence.

L'origine du pastel remonterait à la préhistoire, le procédé employé par les artistes de la préhistoire pour réaliser les peintures rupestres, bien que rudimentaire, est très proche de la fabrication des pastels actuels (Une vache et un cheval polychromes - Lascaux) .

 

Plus près de nous, la première recette de fabrication du pastel se trouve dans un ouvrage français de 1574.

Origine du mot pastel

 

Le mot pastel tire vraisemblablement ses origines du mot italien "pasta" qui signifie pâte. Après les peintures rupestres, l'invention du papier est primordiale pour le développement de cette technique, puisqu'il permet de s'exprimer par le dessin, qui prend de plus en plus d'importance. 

Pour tous les artistes du XVe siècle, appelé aussi Quattrocento, le dessin devient un moyen d'expression et d'étude sans lequel il n'y a pas de bon peintre ou de bon sculpteur. On conserve, de l'Italie aux Pays-Bas, des milliers de dessins magnifiques de cette époque ; ils étaient réalisés sur un papier teinté par l'artiste lui-même : papier de couleur rosée, jaunâtre, crème, bleue ou grise.
Ces dessins ont été exécutés au fusain, à la sanguine, à la plume, et à l'encre, au pinceau et à l'aquarelle, et à la mine de plomb. A cette époque, les craies existent aussi mais on utilise surtout la craie blanche pour rehausser les endroits éclairés sur un papier coloré.
Et voici le premier dessin connu (anonyme), où l'on voit l'emploi du blanc pour rehausser le volume du corps. C'est une technique qui tend vers la polychromie et qui introduit l'usage du blanc.

La technique du pastel, appelée "la manière des couleurs sèches" à l'époque, sert surtout à représenter des corps et à peindre des portraits :

Etude de Vénus (anonyme) Atelier florentin (XVe siècle)Galerie des Offices, Florence 

Portrait d'un jeune homme

Antonello di Messina (1430-1479)

  • Facebook Social Icon

© 2023 by The Painter. Proudly created with Wix.com